lundi 3 septembre 2007

Triste cadeau de rentrée


Surprise ! Il m'attendait à mon retour de congés. Tronant là, sur mon bureau, du haut de ses 800 pages (soit 7,5 kg), toisant les piles de courrier à traiter. Depuis les premières volume expédiés en France, il lui aura fallu 6 mois pour me parvenir. Des rives du Bosphore aux coteaux de la Bastille, à Grenoble, en passant par un centre d'expédition à Düsseldorf, en Allemagne, voici "L'atlas de la création - volume 1", d'un certain Harun Yahya, offert gracieusement, port compris, par Global Publishing - car, précisons-le immédiatement, je n'ai jamais passé commande d'un tel document.

De quoi s'agit-il ? D'un magnifique ouvrage dénonçant la théorie de l'évolution. Tout simplement. "L’évolution est une imposture ; la création est un fait" peut-on lire tout au long de ces 800 pages fort bien illustrées avec de superbes images de fossiles (voir photos). L'auteur, Harun Yahya, pseudonyme de Adnan Oktar, né à Ankara en 1956, s'appuie sur le Coran pour dénoncer, selon lui, le "mythe" de l'évolution. "Les espèces n'ont jamais changé". Ses preuves ? Des ressemblances de forme entre certains fossiles et des animaux et des plantes vivant aujourd'hui (crabes, crevettes, araignées, etc.). Evidemment, ces preuves n'en sont pas ; elles ont déjà été vivement dénoncées par des scientifiques reconnus, dont le biologiste Hervé Le Guyader (lire l'article dans Le Figaro : "Offensive du créationnisme islamique en France").

Depuis 6 mois donc, ce livre est adressé, en France et dans d'autres pays, gratuitement, à des enseignants, des présidents d'université, des responsables de musées et de centres de culture scientifique. Il est accompagné d'un DVD avec un film intitulé : "Les fossiles réfutent la théorie de l'évolution" sur-titré : "Pour les gens doués d'intelligence". Dans le courrier d'accompagnement, j'apprends que ces généreux éditeurs seraient "ravis que vous puissiez recommander ce livre autour de vous". L'évangélisation est toujours en marche !

Cette offensive des créationnistes islamiques intervient au même moment que l'ouverture, en mai dernier, du "Musée de la création", dans la banlieue de Cincinnati, Kentucky (USA) par les créationistes chrétiens. Un Musée d'histoire naturelle basé sur la Bible, dénonçant avec des arguments semblables à ceux employés par Yahya, les théories de l'évolution (lire l'article dans Libération : "Aux Etats-Unis, l'ouverture du musée des erreurs").

Pourquoi ces différentes actions doivent-elles nous inquiéter ? Parce que le créationnisme, d'inspiration islamique comme d'inspiration chrétienne, n'est pas qu'une théorie "anti-scientifique", il est aussi une idéologie politique. Dans ce triste "Atlas de la création", on lit que le Darwinisme conduit au terrorisme, que les attentats du 11 septembre ont été perpétués par des Darwinistes car "le Darwinisme est la seule philosophie qui valorise et donc encourage le conflit"! On lit encore, dans un chapître pompeusement intitulé : "Le secret au-delà de la matière" que "le monde extérieur est artificiel, rien de matériel n’existe, tout est fait par Dieu". "Le cerveau est un tas de cellules composées de protéines et de molécules grasses. Il est formé de cellules nerveuses appelées neurones. Cette tranche de viande est incapable de percevoir les images, de constituer une conscience ou de créer l’être qu’on appelle « moi »". Tout est dit (et les neurobiologistes apprécieront leur nouveau costume de boucher), il n'y a plus alors qu'à suivre aveuglément les consignes du Livre et de tous les imams et les pasteurs qui savent ce qui est bon pour nous, pauvres pêcheurs.

Ce livre vient de Turquie - il aurait pu venir des USA ou d'un autre pays. La semaine dernière, le parlement Turc a élu Abdullah Gül, Président de la république Turque. Abullah Gül était le représentant d'un mouvement islamiste, le "Parti de la justice et du développement", de Turquie. Il est aussi fortement pro-européen. A-t-il lu les livres de Yahya ? Qu'en pense-t-il ?

---
Le 5 juillet dernier, TF1 a diffusé un reportage dans le JT à propos de cette affaire :

Enregistrer un commentaire